Envie de participer ?

Club Athlétique de L'Hay-Les-Roses Handball

07

août 2021

EQUIPE DE FRANCE MASCULINE MEDAILLE D'OR AUX JO

Publié il y a 1 mois

#EDFM - J.O. TOKYO - PHÉNOMÉNAL

07 AOÛT 2021

Les Bleus sont sacrés champions olympiques : joueurs et staff communient avec la délégation française installée en tribunes, notamment Philippe Bana et Joël Delplanque, Anne Hidalgo, Guy Drut (liste non exhaustive). (Photo FFHandball / Iconsport)

Ce samedi soir à Tokyo, l’équipe de France masculine a remporté le titre olympique en s’imposant face au Danemark, par 25 à 23 (14-10). Battus par les Danois lors de la finale olympique de Rio, les Bleus ont pris une revanche éclatante pour s’adjuger la médaille d’or, la troisième après Pékin 2008 et Londres 2012. Extrêmement solides en défense, les Bleus ont parfaitement construit leur victoire face à l’artillerie danoise incarnée par Mikkel Hansen.

Vincent Gérard, Luc Abalo, Dika Mem, Luka Karabatic, Ludovic Fabregas (avec Nedim Remili), Nikola Karabatic et le capitaine Michaël Guigou débutent la finale. Guillaume Gille a conservé la même liste de 14 joueurs depuis le retour de Hugo Descat lors de la demi-finale. Melvyn Richardson ne figure donc pas sur la feuille de match ni Timothey N’Guessan. Tous les deux suivront cette finale depuis les tribunes du Yoyogi National Stadium en compagnie de Rémi Desbonnet, le gardien réserviste.

Le turbo puis le diesel
Le coup d’envoi est donné par les Danois qui dès les premières secondes ouvrent le score par Mikkel Hansen, sur jet de 7m. Les Bleus répliquent par un Kung-fu de Nikola Karabatic, servi par Nedim Remili. Grosse défense des Bleus qui récupèrent la balle et marquent par Dika Mem. Mikkel Hansen égalise (2-2, 3e). Le rythme est très soutenu dans ce début de finale olympique. Hugo Descat réplique, sur jet de 7m, au pivot Magnus Saugstrup (3-3, 5e). Niklas Landin attrape le 2e jet de 7m tenté par Hugo Descat. Nikola Karabatic puis Dika Mem butent aussi sur le gardien danois. Magnus Saugstrup a doublé la mise mais les Bleus restent au contact avec Ludovic Fabregas (4-4, 10e). Vincent Gérard a réalisé deux arrêts primordiaux dans cette entame de match. Les défenses prennent je pas et le score n’évolue plus beaucoup. Enfin, si et plutôt favorablement avec la force de frappe des gauchers : Dika Mem et Nedim Remili scorent coup sur coup (6-4, 15e). Nicolaj Jacobsen pose son premier temps-mort de la partie puis son équipe marque par son gaucher Mathias Gidsel. Nouvel arrêt de Vincent Gérard, sur Mikkel Hansen, et Luc Abalo s’en va marquer sur contre-attaque (7-5, 17e). Le Danemark s’en remet à nouveau à Mikkel Hansen, sur jet de 7m, pour revenir sur les talons des Français. Luka Karabatic puis Michaël Guigou positionnent les Bleus à +3 (9-6, 20e). 4e but pour Mikkel Hansen mais derrière c’est Mads Mensah qui bute sur le portier des Bleus : 4e arrêt pour Vincent Gérard qui s'inscrit dans la lignée des matches précédents. Matthias Gidsel marque et Nicolas Tournat, entré plus tôt, est exclu pour deux minutes. Romain Lagarde a aussi effectué son entrée, au relais de Nikola Karabatic. Ludovic Fabregas se bagarre et obtient un jet de 7m. Niklas Landin sort celui de Michaël Guigou, le capitaine et ses 9 titres, mais les Bleus poursuivent leur travail de sape en défense et poussent les Danois à la faute. Dans une position improbable, Luc Abalo puis Kentin Mahé, entré un peu plus tôt, remettent la France à +3 (11-8, 27e). Romain Lagarde tire et fait mouche des 9m et les Bleus sont à +4 (12-8). Dika Mem trouve la cible une 3e fois pour maintenir l’écart (13-9). Yann Genty tente de s’interposer sur Mikkel Hansen encore buteur sur jet de 7m. Mais les Bleus sont résolus à conserver leur break d’avance et c’est Kentin Mahé, sur le buzzer, qui marque d’un tir rageur (14-10). Partie sur les chapeaux de roue, la partie s’est étirée avec des longues séquences mieux maitrisées par les hommes de Guillaume Gille.

image-20210814172538-2.png

Nikola Karabatic a donné le ton du match en inscrivant le premier but de la partie sur un kung-fu .(Photo FFHandball / Iconsport).

Tout au bout, la victoire s’écrit ensemble
Valentin Porte puis Nedim Remili réchauffent le Yoyogi National Stadium : 16-10 pour l’équipe de France dès la 32e minute. Vincent Gérard n’a pas à nourrir de complexes avec Niklas Landin. Il tient la baraque alors que les Bleus peinent à marquer. Magnus Landin marque son premier but pour ramener le Danemark à -4 (18-14, 38e) mais Nedim Remili, astucieusement, remet sa formation devant avec deux buts consécutifs (20-15, 39e). L’écart de 5 buts en faveur de l’équipe de France (21-16) pousse le coach danois, le sympathique Nicolaj Jacobsen, a posé son 2e temps-mort. Valentin Porte, blessé, ne peut pas poursuivre. Guillaume Gille affiche une sérénité déconcertante à ce niveau d’excellence, certainement l’expérience de l’ancien double champion olympique. Après 46 minutes, et les 7e et 8e buts de ce diable de Mikkel Hansen, les Bleus possèdent encore 3 buts d’avance (21-18). Les ballons vont coûter de plus en plus cher. Luc Abalo est exclu alors qu’il n’a pas touché Magnus Landin. Les Danois sont revenus à -3 (19-22e). Puis c’est au tour de Dika Mem d’être sanctionné, à cinq contre sept, les Bleus vont souffrir. Les Danois en profitent pour foncer au score et revenir à -1 (22-21, 50e). Il reste 10 minutes à jouer ; la France est toujours devant mais le Danemark continue à pousser. Vincent Gérard sort un ballon d’égalisation et Nedim Remili redonne un peu d’air (23-21, 54e). Et Yann Genty réalise un exploit en stoppant un jet de 7m de Mikkel Hansen, son partenaire à Paris. Le tir de Dika Mem s’échappe du but de Landin et les Danois vient souffler sur la nuque des Bleus. 23-22 en faveur de l’équipe de France à 4 minutes du terme. C’est irrespirable. Mais c’est bien l’équipe de France qui l’emporte par un ultime but de Ludovic Fabregas, dans le but vide, alors que les Danois avaient la balle d’égalisation dans les mains. Victoire 25 à 23 et titre olympique pour l'équipe de France masculine... en attendant les filles en finale demain matin face au CO Russie.

Hubert Guériau

 

L'équipe de France masculine a remporté le titre olympique en s’imposant face au Danemark, par 25 à 23 (14-10). Battus par les Danois lors de la finale olympique de Rio, les Bleus ont pris une revanche éclatante pour s’adjuger la médaille d’or, la troisième après Pékin 2008 et Londres 2012. Extrêmement solides en défense, les Bleus ont parfaitement construit leur victoire face à l’artillerie danoise incarnée par Mikkel Hansen.

Vincent Gérard, Luc Abalo, Dika Mem, Luka Karabatic, Ludovic Fabregas (avec Nedim Remili), Nikola Karabatic et le capitaine Michaël Guigou débutent la finale. Guillaume Gille a conservé la même liste de 14 joueurs depuis le retour de Hugo Descat lors de la demi-finale. Melvyn Richardson ne figure donc pas sur la feuille de match ni Timothey N’Guessan. Tous les deux suivront cette finale depuis les tribunes du Yoyogi National Stadium en compagnie de Rémi Desbonnet, le gardien réserviste.

Le turbo puis le diesel
Le coup d’envoi est donné par les Danois qui dès les premières secondes ouvrent le score par Mikkel Hansen, sur jet de 7m. Les Bleus répliquent par un Kung-fu de Nikola Karabatic, servi par Nedim Remili. Grosse défense des Bleus qui récupèrent la balle et marquent par Dika Mem. Mikkel Hansen égalise (2-2, 3e). Le rythme est très soutenu dans ce début de finale olympique. Hugo Descat réplique, sur jet de 7m, au pivot Magnus Saugstrup (3-3, 5e). Niklas Landin attrape le 2e jet de 7m tenté par Hugo Descat. Nikola Karabatic puis Dika Mem butent aussi sur le gardien danois. Magnus Saugstrup a doublé la mise mais les Bleus restent au contact avec Ludovic Fabregas (4-4, 10e). Vincent Gérard a réalisé deux arrêts primordiaux dans cette entame de match. Les défenses prennent je pas et le score n’évolue plus beaucoup. Enfin, si et plutôt favorablement avec la force de frappe des gauchers : Dika Mem et Nedim Remili scorent coup sur coup (6-4, 15e). Nicolaj Jacobsen pose son premier temps-mort de la partie puis son équipe marque par son gaucher Mathias Gidsel. Nouvel arrêt de Vincent Gérard, sur Mikkel Hansen, et Luc Abalo s’en va marquer sur contre-attaque (7-5, 17e). Le Danemark s’en remet à nouveau à Mikkel Hansen, sur jet de 7m, pour revenir sur les talons des Français. Luka Karabatic puis Michaël Guigou positionnent les Bleus à +3 (9-6, 20e). 4e but pour Mikkel Hansen mais derrière c’est Mads Mensah qui bute sur le portier des Bleus : 4e arrêt pour Vincent Gérard qui s'inscrit dans la lignée des matches précédents. Matthias Gidsel marque et Nicolas Tournat, entré plus tôt, est exclu pour deux minutes. Romain Lagarde a aussi effectué son entrée, au relais de Nikola Karabatic. Ludovic Fabregas se bagarre et obtient un jet de 7m. Niklas Landin sort celui de Michaël Guigou, le capitaine et ses 9 titres, mais les Bleus poursuivent leur travail de sape en défense et poussent les Danois à la faute. Dans une position improbable, Luc Abalo puis Kentin Mahé, entré un peu plus tôt, remettent la France à +3 (11-8, 27e). Romain Lagarde tire et fait mouche des 9m et les Bleus sont à +4 (12-8). Dika Mem trouve la cible une 3e fois pour maintenir l’écart (13-9). Yann Genty tente de s’interposer sur Mikkel Hansen encore buteur sur jet de 7m. Mais les Bleus sont résolus à conserver leur break d’avance et c’est Kentin Mahé, sur le buzzer, qui marque d’un tir rageur (14-10). Partie sur les chapeaux de roue, la partie s’est étirée avec des longues séquences mieux maitrisées par les hommes de Guillaume Gille.

image-20210814172451-1.png

Nikola Karabatic a donné le ton du match en inscrivant le premier but de la partie sur un kung-fu .(Photo FFHandball / Iconsport).

Tout au bout, la victoire s’écrit ensemble
Valentin Porte puis Nedim Remili réchauffent le Yoyogi National Stadium : 16-10 pour l’équipe de France dès la 32e minute. Vincent Gérard n’a pas à nourrir de complexes avec Niklas Landin. Il tient la baraque alors que les Bleus peinent à marquer. Magnus Landin marque son premier but pour ramener le Danemark à -4 (18-14, 38e) mais Nedim Remili, astucieusement, remet sa formation devant avec deux buts consécutifs (20-15, 39e). L’écart de 5 buts en faveur de l’équipe de France (21-16) pousse le coach danois, le sympathique Nicolaj Jacobsen, a posé son 2e temps-mort. Valentin Porte, blessé, ne peut pas poursuivre. Guillaume Gille affiche une sérénité déconcertante à ce niveau d’excellence, certainement l’expérience de l’ancien double champion olympique. Après 46 minutes, et les 7e et 8e buts de ce diable de Mikkel Hansen, les Bleus possèdent encore 3 buts d’avance (21-18). Les ballons vont coûter de plus en plus cher. Luc Abalo est exclu alors qu’il n’a pas touché Magnus Landin. Les Danois sont revenus à -3 (19-22e). Puis c’est au tour de Dika Mem d’être sanctionné, à cinq contre sept, les Bleus vont souffrir. Les Danois en profitent pour foncer au score et revenir à -1 (22-21, 50e). Il reste 10 minutes à jouer ; la France est toujours devant mais le Danemark continue à pousser. Vincent Gérard sort un ballon d’égalisation et Nedim Remili redonne un peu d’air (23-21, 54e). Et Yann Genty réalise un exploit en stoppant un jet de 7m de Mikkel Hansen, son partenaire à Paris. Le tir de Dika Mem s’échappe du but de Landin et les Danois vient souffler sur la nuque des Bleus. 23-22 en faveur de l’équipe de France à 4 minutes du terme. C’est irrespirable. Mais c’est bien l’équipe de France qui l’emporte par un ultime but de Ludovic Fabregas, dans le but vide, alors que les Danois avaient la balle d’égalisation dans les mains. Victoire 25 à 23 et titre olympique pour l'équipe de France masculine... en attendant les filles en finale demain matin face au CO Russie.

Hubert Guériau

Commentaires